La SOCAN rend hommage à Robert Charlebois, Michel Corriveau, Monique Leyrac, Éditorial Avenue, Leonard Cohen, et d'autres

De gauche à droite: Geneviève Côté (chef des affaires du Québec de la SOCAN), Mélanie Joly (Ministre du Patrimoine canadien), Daniel Lafrance (Editorial Avenue – Éditeur de l’année), Stan Meissner (président du conseil d’administration de la SOCAN), Claude Dubois (deux Classiques de la SOCAN), Monique Leyrac (Prix Hommage), Luc Plamondon (deux Classiques de la SOCAN), Robert Charlebois (Prix Excellence et Empreinte Culturelle), Eric Baptiste (chef de la direction de la SOCAN), France D’Amour (trois Prix Classiques de la SOCAN), Mariane Cossette-Bacon (Prix Chanson populaire), Cristobal Tapia de Veer (Prix international), John Nathaniel (Auteur-compositeur de l’année), Alexe Gaudreault (Prix Chanson populaire), Michel Corriveau (Compositeur de musique à l’image de l’année). (Photo: Benoit Rousseau)
17 Octobre 2017

Voir la liste des gagnants

Voir les photos
Gagnants
Tapis Rouge/Cocktail
Performances et remises de prix
Photomaton


La crème de la crème de l’écosystème musical québécois était réunie pour célébrer la carrière et les réussites des auteurs-compositeurs, compositeurs à l’image et éditeurs de musique dans le cadre du 28e Gala de la SOCAN à Montréal qui se tenait, cette année, à La TOHU, le 16 octobre 2017, et durant lequel près de 50 prix ont été remis tout au long d’une soirée émouvante et musicalement enlevante.

Pour la première fois de l’histoire de ce gala, deux prix spéciaux ont été décernés au même créateur exceptionnel, le légendaire Robert Charlebois, à qui l’on a remis le Prix Excellence pour l’ensemble de sa carrière remarquable ainsi que le Prix Empreinte culturelle de la SOCAN, conjointement avec son collaborateur Claude Péloquin, pour leur œuvre monumentale, « Lindberg », qui a été réinterprétée avec brio par le groupe Canailles pour l’occasion.

Animée de main de maitre par Stéphane Archambault, la soirée qui accueillait 400 invités a également été l’occasion de voir Luc Plamondon remettre le Prix Hommage de la SOCAN à Monique Leyrac pour souligner son incroyable carrière en tant qu’une des plus grandes interprètes de sa génération. Plamondon n’était pas en reste, puisqu’il a de nouveau battu son propre record du nombre de prix Classique de la SOCAN — remis à une chanson ayant cumulé au moins 25 000 passages à la radio au Québec — tandis que ses pièces « La Légende de Jimmy » et « La fille aux bas nylon » devenaient ses 35e et 36e à obtenir ce titre.

Créateur de l’ombre, mais véritable magicien de la pop, John Nathaniel a reçu le prestigieux prix Auteur-compositeur de l’année en plus de voir sa chanson « Éclat », coécrite avec Alexe Gaudreault et Mariane Cossette-Bacon, récolter un prix Chanson populaire. 

Le prix de l’Éditeur de l’année a été remis à Éditorial Avenue et à son fondateur Daniel Lafrance afin de saluer son leadership et sa contribution significative à la communauté musicale. Les prouesses à l’international du compositeur de musique à l’image Cristobal Tapia de Veer lui ont permis de mettre la main sur le Prix International, une première dans l’histoire du gala pour un créateur œuvrant dans l’univers de la télévision et du cinéma. Le prolifique Michel Corriveau a, quant à lui, reçu le tout premier Prix Compositeur de musique à l’image de l’année pour son travail sur Les Pays d’en haut (SRC), Prémonitions (AddikTV), Versailles (Canal+) ainsi que sur le long-métrage Anna.

« Les membres de la SOCAN sont responsables de la trame sonore de nos vies et contribuent de manière considérable à notre économie, il est donc crucial pour nous de célébrer et de rendre hommage aux auteurs-compositeurs, compositeurs de musique à l’image et aux éditeurs de musique », a déclaré le chef de la direction de la SOCAN, Eric Baptiste. « L’écosystème musical québécois est en profonde transformation et la SOCAN agit de manière proactive, sur tous les fronts, et en étroite collaboration avec des organisations, petites et grandes, pour faire en sorte que la rémunération équitable des créateurs et des éditeurs de musique perdure dans ce nouvel environnement. Ce soir, c’était la matière première de ce qui donne un sens à tous les efforts que nous déployons quotidiennement pour nos membres qui a été célébrée : leur créativité, leurs émotions, leur dur labeur, leur intelligence et leur art. »

DES PERFORMANCES ÉPOUSTOUFLANTES

Temps fort du Gala de la SOCAN à chaque année, les prestations musicales ont, encore une fois, donné lieu à des moments mémorables. Parmi ceux-ci, les succès qui ont marqué la carrière de Robert Charlebois ont été enchainés à un rythme d’enfer par Daniel Boucher, Émile Bilodeau, Diane Tell et Jérôme Charlebois, tout juste avant que Louise Forestier ne lui remette personnellement le Prix Excellence.

Claude Dubois, qui a vu ses chansons « Si Dieu existe » et « J’ai souvenir encore » devenir des Classiques de la SOCAN, a été ému d’entendre cette dernière interprétée avec délicatesse par Ariane Brunet et Alexandre Poulin.

Le Prix Inspiration de la SOCAN, remis à titre posthume à Leonard Cohen, a été souligné par une poignante interprétation trilingue — anglais, français et innu — de sa chanson « Everybody Knows » par Beyries, Vincent Vallières et Matiu.

Aussi, le talentueux pianiste Jean-Michel Blais, récipiendaire du Prix Hagood Hardy remis au lauréat de la catégorie musique instrumentale, a ravi les convives par sa virtuosité créative. 

LES CLASSIQUES DE LA SOCAN

Un trio féminin constitué des magnifiques voix d’Andréanne A. Malette, Stephane Moraille et Geneviève Leclerc a rendu hommage à d’autres nouveaux Classiques de la SOCAN, dont « La Légende de Jimmy », « Animal », « Cash City » et « Closer Together ». Le chanteur Jean-Marc Pisapia, de la formation The Box, n’a d’ailleurs pu s’empêcher de venir entonner cette dernière sur scène pour une finale de gala endiablée. Au total, ce sont 11 nouvelles chansons qui ont été sacrées Classique de la SOCAN. (Voir la liste en annexe)

CHANSONS POPULAIRES ET MUSIQUE À L’IMAGE

En tout, dix Prix Chanson populaire ont été remis au cours de la soirée aux auteurs-compositeurs et éditeurs des chansons francophones les plus entendues en 2016, dont « 33 Tours », « Polaroid », « Belle infirmière », « Karim et le loup » et « Miami ».

Le gala a également permis de souligner la contribution exceptionnelle à l’industrie et à l’économie en général des compositeurs et éditeurs de musique pour le petit et le grand écran. Ainsi, parmi les lauréats de la soirée, on comptait Jean-Phi Goncalves et son éditeur Éditions TM, qui sont repartis avec le Prix Émission de variétés ou d’affaires publiques pour Le Tricheur. Anthony Rozankovic, ainsi que ses éditeurs Cinéflix Média Inc. et Ole Media Management LP, ont remporté pour leur part deux trophées pour la musique de la série Mayday. Finalement, James Gelfand et Louise Tremblay, avec Les Éditions de Musique JB, ont reçu le Prix Musique de film pour Swept Under de Michel Poulette.

PRIX AUTORISÉ À VOUS DIVERTIR

La contribution essentielle des organisations utilisant de la musique au Québec a été soulignée par la remise du Prix Autorisé à vous divertir au ministère de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur. Le ministère a été salué pour son engagement continu à s’assurer que les obligations de licences légales et éthiques sont respectées par toutes ses constituantes d’un bout à l’autre du Québec.