Beau Dommage, Stéphane Venne, Neil Young et Bruce Cockburn intronisés au Panthéon des auteurs et compositeurs canadiens

Les membres de Beau Dommage sur le tapis rouge du Panthéon des auteurs et compositeurs canadiens (PACC) avant le gala qui a eu lieu au Massey Hall de Toronto le 23 septembre 2017.
25 Septembre 2017

Beau Dommage, Stéphane Venne et Neil Young, Bruce Cockburn, ont été intronisés au Panthéon des auteurs et compositeurs canadiens (PACC) le 23 septembre au Massey Hall de Toronto. Il s’agissait des premières intronisations en cinq ans depuis l’acquisition de cette organisation par la SOCAN et la réorganisation de ses opérations.

Pendant son allocution de remerciements, Stéphane Venne, dont la carrière a été lancée lorsqu’il a écrit la chanson thème d’Expo 67, « Un jour, un jour », a dit « Je suis évidemment très ému et profondément touché par ce qui m’arrive ce soir… Si vous n’avez pas de voix, pas de charisme, rien, sauf ce don pour écrire des chansons, vous pouvez quand même vous amuser. Vous pouvez gagner votre vie et laisser votre marque. »

Michel Rivard, de Beau Dommage, l’immensément populaire septuor montréalais des années 70, à quant à lui remercié la SOCAN à deux reprises — « Merci à la SOCAN pour l’immense honneur qu’elle nous rend ce soir, et pour le travail quotidien qu’elle accomplit pour les artisans de la chanson dans ce grand pays » —, en plus de remercier la présentatrice du groupe, l’ex astronaute et future gouverneure générale du Canada, Julie Payette, d’avoir apporté la musique du groupe avec elle à bord de la Station spatiale internationale.


Le nouvel intronisé au PACC, Stéphane Venne.

De son côté, Neil Young a comparé à la blague les chansons à des lapins : « il faut faire très attention et les prendre par surprise sans les effrayer… Vous ne pouvez pas simplement rester immobile avec un fusil dans les mains. Les lapins vont vous voir et s’enfuir dans leur terrier. Déposez votre fusil, assoyez-vous derrière un rocher et attendez qu’ils sortent le museau de leur terrier. » Il a poursuivi, plus sérieusement, en ajoutant que « les chansons vont continuer de venir, elles ne se soucient pas des prix et des récompenses... C’est vraiment un cadeau, un magnifique cadeau. »


Intronisé au PACC, Neil Young y est allé d’un discours inspiré sur la scènce du Massey Hall de Toronto.

Bruce Cockburn a remercié la SOCAN dans son discours de remerciement, avant de brillamment décrire la signification des chansons. « L’art d’écrire une chanson, c’est l’art de partager l’expérience humaine… Une chanson peut être source d’inspiration, de distraction, de réconfort, de solidarité, elle peut nous faire réaliser que nous ne sommes pas seuls avec nos émotions. Cette capacité qu’ont les humains de créer des chansons est aussi précieuse que vitale. Être capable d’écrire des chansons et d’en vivre, c’est le plus merveilleux des cadeaux. »


Le nouvel intronisé au PACC, Bruce Cockburn (droite) et celle qui l’a présenté à l’auditoire, Buffy Sainte-Marie (gauche).

Chacun des quatre intronisés a eu droit à plusieurs prestations hommage de leurs chansons les plus populaires, en plus d’un court vidéohommage et d’une présentation par une personne près d’eux. Randy Bachman a interprété un medley d’extraits de chansons de son compatriote winnipégois Neil Young et s’est fait un malin plaisir de raconter comment la maman de Neil Young avait l’habitude de téléphoner aux stations de radio locales pour vanter les spectacles de son fils. Quant à Buffy Sainte-Marie, elle a vanté les mérites de Bruce Cockburn en disant de lui qu’il est « un sage homme qui pose les vraies questions. Et une personne qui souhaite que nous devenions tous de meilleures personnes. » L’auteur-compositeur-interprète vétéran, Daniel Lavoie, a présenté Stéphane Venne comme l’une des personnes clés qui lui ont permis de démarrer sa carrière.

La soirée a également été l’occasion de la présentation inaugurale du Prix Slaight Music pour les auteurs-compositeurs en émergence remis à Charlotte Cardin et Jessie Reyez, qui ont toutes deux accepté le prix par vidéo.

Parmi les grands moments musicaux de la soirée, on retiendra la relecture intense et magnifique de la pièce « Ohio » de Neil Young par Whitehorse ainsi que la version renversante de « Helpless », également de Young, par k.d. lang, l’émouvante version de « Stolen Land », de Bruce Cockburn, par les artistes des Premières Nations Elisapie Isaac et William Prince, l’électrisante interprétation offerte par Lisa LeBlanc du classique de Stéphane Venne, « Et c’est pas fini », tandis que Damien Robitaille a rendu avec brio le caractère doux-amer de « La complainte du phoque en Alaska » de Beau Dommage. Arkells a clôturé la soirée en compagnie d’Alex Lifeson, guitariste de Rush, en interprétant « Cinnamon Girl » de Neil Young et un rappel réunissant tout le monde sur scène pour « Keep On Rockin’ In The Free World ».


kd lang a eu droit à une ovation debout pour son interprétation de « Helpless », par Neil Young, lors du Gala 2017 du PACC.

Parmi les autres artistes présents sur scène pendant la soirée, mentionnons Blackie and the Rodeo Kings, Don Ross, Eh440, Élage Diouf, France D’Amour, Florence K, Hawksley Workman, Jessica Mitchell, Ruth B, Tom Power et Yann Perreau.

Certains des auteurs-compositeurs déjà intronisés au PACC sont Leonard Cohen, Robbie Robertson, Joni Mitchell et Gilles Vigneault.